TEST : MONSTER HUNTER RISE, entre tradition et modernité

  • Cosmoplayer
  • RPG
  • TEST : MONSTER HUNTER RISE, entre tradition et modernité

Monster Hunter Rise a débarqué sur Switch, relançant la série sur la console portable de Nintendo qui avait fait l’impasse sur Monster Hunter World. Le tout premier titre portable de Capcom sur son moteur maison RE Engine, débarque ainsi sur la dernière née de Nintendo, non sans quelques nouveautés au programme. Monster Hunter Rise est-il l’épisode de la consécration, ou reste-t-il dans l’ombre de MHW? Vous allez voir que la réponse est plus ou moins nuancée.

DES NOUVEAUTÉS BIENVENUES…

Et bien, oui, Monster Hunter Rise déboule sur Nintendo Switch avec la ferme intention de s’installer en épisode unique, et comporte de nombreuses nouveautés qui le différencient de ses grands frères. Au cas où vous auriez dormi dans une grotte pendant 15 ans, ou que vous ne connaitriez tout simplement pas la saga mais voudriez vous y initier avec cet épisode, les Monster Hunter sont des jeux de rôle à part entière et bien spécifiques. Votre but sera, comme son nom l’indique, de chasser des petits et gros monstres. La notion de farm sera ici la principale mécanique de gameplay, puisqu’elle déterminera votre progression dans le jeu, et vous permettra d’acquérir armes et armures, lesdites vous permettant de vous frotter à des montres de plus en plus imposants, et d’exploiter leurs forces et faiblesses. Le tout en résulte un cocktail exigeant et une satisfaction personnelle continue, qui est en partie la raison du succès de la série aujourd’hui.

Mais qu’apporte ce MH Rise à la série justement? Et bien plusieurs mécaniques de gameplay inédites dans les faits. La première étant les Chumskys, ou compagnons PIlpoils. De race Canine ces derniers vous accompagnent dans vos quêtes et vous servent de montures. De même que vos compagnons Felynes, qui sont toujours présents dans le jeu sous le nom de Palicos, vous pourrez créer des armes et équipements pour ces derniers, et ils seront un soutient non négligeable lors de vos chasses. Disposant de talents spécifiques, vos compagnons Pilpoils et Palicos vous permettront de vous soigner, distraire les montres, poser des bombes, ou bien entre autres collecter des objets pour vous. Vous pourrez aussi traverser les zones bien plus vite qu’auparavant grâce aux Chumskys et même attaquer les monstres sur leur dos, de même qu’utiliser (ou ramasser) des objets en plein combat ou en pleine course, sans vous arrêter.

Une autre nouveauté de taille: le Filoptère. Cet inescte accroché a votre bras vous permet de vous élancer verticalement ou horizontalement, tout aussi bien dans les environnements que sur les montres. Disposant d’un curseur de recharge, ces derniers ne seront pour ainsi dire pas illimités. vous pourrez cependant en collecter dans les différentes zones afin d’en avoir un de plus sous la main. Ce dernier donne une dimension on peu plus verticale au gameplay et s’avère tout aussi jouissive que pratique. Vous souhaitez vous propulser en hauteur vers un endroir qui semble innaccesible plutôt que consommer de l’endurance à grimper, ou bien encore éviter faire le tour de la zone pour y accéder? C’est désormais possible grâce au Filoptère. En plus de booster la rapidité du gameplay, il lui confère notamment une dimension toute particulière avec la chevauchée de Wyverne. Cette dernière vous permet de chevaucher les monstres que vous aurez attaqués préalablement à l’aide de votre Filoptère. De là, vous pourrez alors vous servir du monstre chevauché pour en attaquer un autre, ou bien tout simplement l’envoyer valdinguer contre la paroi la plus proche pour lui infliger un maximum de dégâts. Dans la pratique cela s’avère tout aussi divertissant qu’efficient, un monstre infligeant des dégâts considérables à un autre monstre, ce qui en soi s’avère bien pratique pour l’affaiblir rapidement. Par ailleurs vous aurez la possibilité de dénicher des plantes vous permettant de poser des Grands Filoptères, ceux-ci vous permettant de vous propulser dans des hauteurs bien plus inaccessibles, et ce d’une traite.

Un autre aspect important des nouveautés de ce Monster Hunter Rise n’est autre que la Faune Sauvage. Cette dernière se traduit par l’utilisation d’oiseaux, les Folerets, vous octroyant divers bonus d’attaque, de défense, ou de santé. Pour vous les octroyer, il faudra tout simplement passer près d’eux. De même; les insectes présents dans les zones pourront vous servir à attirer certains monstres ou les aveugler par exemple. Les autres collectibles vous permettront de fabriquer moults éléments tels que des potions ou des munitions, jusqu’à vos armes et armures, à la grande habitude de la série.

Le titre vous permet de choisir entre quatorze types d’armes chacune ayant un gameplay bien spécifique, qu’il vous faudra apprendre à maitriser. Vous aurez d’ailleurs accès à une toute nouvelle arène d’entrainement ou vous aurez tout le loisir de perfectionner votre art. D’autant plus que les objets ne vous y seront pas décomptés. Mais ce qui nous intéresse ici tout particulièrement vis à vis des armes est l’introduction de coups spéciaux pour ces dernières. En effet vous aurez le loisir de choisir entre trois coups spéciaux différents pour chaque arme, ces derniers étant bien souvent dévastateurs et ajoutent également à la verticalité du gameplay.

Du côté des autres grandes nouveautés de cet épisode, on retrouve les quêtes Calamité. Ces dernières vous permettront d’accéder à la forteresse construite par les habitants du village de Kamura, afin de se défendre des hordes de Monstres envoyées par la Calamité. Se présentant en quelque sorte comme un système de Tower Defense, ce mode vous fera déployer à divers endroits prévus à cet effet dans la forteresse, balistes, canons, pièges et personnages, vous permettant de vous défendre. Vous devrez ainsi survivre à plusieurs hordes de monstres, tout en essayant d’upgrader au maximum le niveau de votre forteresse, tout en repoussant les monstres essayant de forcer la grande porte. Plutôt réussi ce mode devient cependant lassant en solo au bout d’un certain temps, mais prendra par contre beaucoup plus d’intérêt en multijoueur. Une certaine manière donc, de renouveler le gameplay de ce Monster Hunter Rise.

…POUR UN EPISODE TROP ACCESSIBLE ?

Pour convenir au plus grand nombre, Monster Hunter Rise prend vraiment (trop) le joueur par la main. Cependant il faudra quand même surmonter la première chasse du jeu: le tutoriel. Celui-ci, en plus d’être rébarbatif, outre les nouvelles mécaniques, pour les vétérans, il sera assez peu digeste pour les nouveaux venus, puisqu’il vous assènera tout de même une tonne d’informations pendant la première heure de jeu.

Les nouveautés énoncées précédemment, outre le fait qu’elles profitent au gameplay, comportent un aspect assez contradictoire, puisque d’une certaine manière, elles le desservent quelque peu. En effet au regard des épisodes précédents, le gameplay est en quelque sorte trop simplifié. Là ou Monster Hunter World gardait la notion de préparation aux quêtes, élément inévitable pour tout joueur de Monster Hunter qui se respecte, Monster Hunter Rise fait presque table rase sur ce point. En effet, les nouveaux venus pourraient ainsi croire que tout s’enchaine sans préparation préalable, et se fourvoyer totalement en arrivant à un rang de chasseur plus élevé. Cela est aussi en partie dû au fait que les quêtes du village seront bouclées en une grosse dizaine d’heures sans peu de difficulté. Elles ne sont en quelque sorte que prétexte à prendre en main les bases du gameplay, en destination du multijoueur et des quêtes du Grand-Camp. Il nous aura fallu pas moins de dix minutes en moyenne pour terrasser les montres des quêtes du village, sans farmer outre mesure, le tout s’enchainant avec une facilité déconcertante. C’est un peu comme si l’on perdait l’ADN des Monster Hunter d’une certaine manière. Et c’est bien dommage.

On arrive ainsi à une uniformisation du gameplay qui fait que tout s’enchaine très vite, pour peu que l’on ai certaines facilités ou que l’on soit vétéran. Et l’on arrivera au monstre principal du jeu beaucoup plus vite qu’auparavant, de sorte que l’on pourrait croire que l’on a terminé le jeu, alors que le jeu continue et prend tout son sel au niveau des quêtes disponibles via le Grand-Camp. Une durée de vie un peu biaisée en somme pour peu que l’on ai pas la curiosité de s’y attarder. D’autre part le jeu recevra régulièrement des mises à jour afin d’étoffer son contenu et proposer le rang G ou Maitre selon l’appellation choisie par Capcom, qui apportera la difficulté la plus élevée et la plus appréciée. Mais le contenu en l’état à la sortie semblera un peu chiche pour nombre d’habitués, la faute en partie à une progression peu optimisée. Pour une difficulté équilibrée, tournez-vous donc vers les quête d’arène et les quêtes de haut-rang.

QUAND LE GAMEPLAY PREND LE PAS SUR LE RESTE

Comme nous l’avons énoncé précédemment, MH Rise apporte son lot de nouveautés et un gameplay beaucoup plus accessible. Mais cela malheureusement au détriment d’éléments tronqués pour cet épisode. En effet, collecter des objets ou aiguiser son arme n’aura jamais été aussi aisé, là ou dans d’autres épisodes cela pouvait prendre un temps conséquent. Et en cela, Monster Hunter World était, à notre sens, beaucoup mieux travaillé en termes de progression. Que ce soit pour le farm, autant que pour ce qui est de la préparation aux quêtes.

Au revoir les Nalucioles, vous n’aurez plus besoin de collecter des indices ou d’utiliser quelconque marqueur pour chercher ou repérer les monstres désormais. Un simple point d’interrogation vous indique leur emplacement sur la carte. En voulant trop simplifier le gameplay, il en perd de sa saveur, vous n’aurez plus plaisir à chercher vos cibles et découvrir les zones. Votre seule récompense pour l’exploration sera de trouver d’anciens artefacts disséminés dans des endroits cachés des différentes zones. Mais cela peine quelque peu à sauver l’aspect exploration du titre. De même vous ne pourrez plus interagir avec les pièges naturels présents dans les zones des anciens épisodes puisqu’ils ne sont tout simplement pas disponibles ici.

La cantine est toujours présente dans MH Rise, mais les Folerets prennent quelque peu le dessus en vous octroyant parfois tant de bonus que votre repas en devient presque anecdotique. Pourtant, là aussi c’est un élément crucial de Monster Hunter qui semble fourvoyé. Vous aurez de plus la possibilité de manger sans délai après un évanouissement.

Pour ce qui est de l’histoire, cette dernière n’est là que pour donner prétexte à vos chasses, ne vous attendez donc pas à une progression, des cinématiques et un scénario aussi développé que dans MHW. Un bond en arrière certain quand on voit ce qui avait été initié avec ce dernier épisode. Non pas que les personnages ne soient pas charismatiques, mais le peu d’interactions que l’on a avec eux ne permet pas de créer une appartenance comme on avait pu l’apprécier auparavant.

Seule l’OST répond présente et propose des thèmes particulièrement réussis et font d’elle l’une, si ce n’est la meilleure de la saga. Un vrai plaisir pour les oreilles assurément, et un vrai plus pour l’ambiance générale. Quant aux Hibouettes, vos nouveaux animaux de compagnie pour cet épisode, ces dernières sont sympathiques mais n’ont clairement pas le charisme de nos chers Poogies, d’autant plus que l’on ne peut pas les apprivoiser, cela est visiblement déjà fait. Une feature qui rejoint malheureusement celles rangées au tiroir. Vous pourrez simplement interagir avec elles via plusieurs émotes.

UN POINT TECHNIQUE EN DEMI TEINTE

Si les zones proposées par Monter Hunter Rise héritent de l’aspect ouvert sans temps de chargement qui était présent dans Monster Hunter World, on assiste à un gros retour arrière niveau graphismes. En effet limitations techniques du support oblige, Capcom a du composer avec la puissance de son moteur maison, le RE Engine, et l’architecture hardware spécifique de la Nintendo Switch. Bien sûr, si on le compare aux autres productions dédiées à la console, MH Rise se place aisément dans le haut du panier en termes de graphismes.

Et pourtant, il n’en est pas exempt de défauts, comme l’on peut aisément le constater. Pour faire rentrer leur bébé dans la cartouche, les développeurs s’en sont visiblement résolus à pas mal de concessions. Cela se manifeste en partie part un aspect visuel des personnages assez duveteux, comme l’on peut le retrouver dans DREAMS par exemple. Un peu curieux, mais quelquefois déstabilisant au regard du reste. Parti pris ou limitation technique? J’avoue ne pas connaitre la réponse, même si la deuxième option semble plus cohérente.

Un autre défaut omniprésent est le clipping: présent en mode portable, ce dernier est encore plus présent en mode docké. Si l’effet se veut coulant pour être moins visible, cela ne marche pourtant qu’à moitié, la plupart du temps, cela choque même. Rajoutez à cela des zones vides et peu vivantes, une végétation et des assets qui font parfois carrément tâche, certaines textures vraiment peu détaillées et recyclées: le constat est malheureusement en deca de ce que l’on attendait. Ici il vous faudra mettre de côté l’omnipulence graphique et l’effet parfois saisissant de Monster Hunter World. Ce n’est pas du même acabit et c’est même un retour en arrière de plusieurs années. Le vétéran de la série que je suis, pour tout vous dire, a pour ainsi dire eu l’impression de revenir aux épisodes sortis sur PSP, de par certains aspects. Pour autant, Monster Hunter Rise conserve un certain charme et l’on y revient tout de même avec plaisir, et me direz-vous, c’est bien là l’essentiel.

Si la direction artistique est réussie, l’ensemble reste assez fade et terne pour ce qui est des zones de chasse. Seul le village de Kamura s’en sort avec les honneurs sur le plan graphique. On sent que ce dernier a été l’objet d’un travail plus approfondi (mais ne regardez surtout pas en dehors des limites du village, cela pique parfois les yeux). Mention spéciale au Grand-Camp qui baigne dans les sakura et dispose d’une ambiance vraiment réussie. Votre chambre à coucher est anecdotique en terme de visuels, les seuls éléments intéressants de cette dernière étant la possibilité d’afficher vos propres photos, quelques objets, et de converser avec l’informateur, qui vous apprendra des détails croustillants sur la vie du village. Petite mention concernant les textes des menus et dialogues vraiment minuscules et peu ergonomiques en mode portable, d’autant plus pour les mal-voyants. On vous conseillera donc le mode docké, bien plus lisible de manière générale.

ET LE MULTI DANS TOUT ÇA ?

Sur ce point Monster Hunter Rise fait un quasi sans faute. Reprenant ce qui avait été initié dans MHW Iceborne, on a désormais accès à l’entièreté du village en compagnie d’autre joueurs et de se voir physiquement parlant. Vous avez aussi la possibilité de visiter la chambre d’un autre joueur, même si cela à bien moins d’intérêt que dans l’extension de Monster Hunter World. Cependant, vous n’aurez plus la possibilité d’effectuer les quêtes du village en compagnie de vos amis, puisque ici seules les quêtes disponibles au Grand-Camp sont jouables à plusieurs. C’est dommage dans un sens étant donné que les fusées de détresse sont toujours présentes sous forme de “demande de participation”. A l’image de certains aspects du jeu énoncés plus haut dans ces lignes, cela reste quelque peu contradictoire.

Pour autant, le village de Kamura s’avère bien construit même si ça taille se voit réduite quelque peu si on le compare à son grand frère. Cependant cela lui confère de pouvoir y naviguer seul ou avec ses amis avec une relative rapidité, puisque comme c’est le cas dans le Grand-Camp, tout est optimisé pour être à portée de main rapidement. Les serveurs s’avèrent être stables et vous n’aurez aucun mal à trouver d’autres joueurs pour vous amuser, de même que créer un lobby privé se fait très rapidement si vous souhaitez ne jouer qu’en compagnie de vos amis (que se soit en local ou online).

Seul point qui nous a chagriné en multijoueur, la lisibilité de l’action à l’écran, parfois confuse. En effet pour peut que vous jouiez en compagnie d’autres joueurs et de Palicos ou Chumskys, l’ensemble devient alors assez brouillon lorsque tout ce beau monde est rassemblé près d’un monstre. Difficile alors de discerner notre cible parmi ce joyeux foutoir et de placer nos attaques de manière correcte. Cependant cela n’arrive heureusement que de manière ponctuelle, mais cela peut s’avérer handicapant. D’autant plus que cet épisode ne comporte pas de système de lock, pour ceux qui auraient la volonté de s’en servir pour se dépêtrer de ce type de situation, il faudra composer autrement.

REVIEW

CONCLUSION

Monster Hunter Rise est donc un épisode portable dans l’ensemble plutôt réussi même s’il peine à convaincre en face de son grand frère Monster Hunter World. Si de nombreux éléments ont été tronqués et si le titre s’avère d’une facilité déconcertante pour quiconque connaît la saga Monster Hunter. MH Rise reste un épisode divertissant, surtout en multijoueur, mais se saborde quelquefois lui-même dans son gameplay. Il s’impose également comme l’un des jeux les plus réussis de la console esthétiquement parlant, exception faite des limites techniques liées à son support. On espère que les prochaines mises à jour vont étoffer de manière conséquente le contenu du titre, car en l’état, ce dernier pourrait décevoir certains adeptes de la série, les nouveautés proposées étant de prime abord intéressantes, mais s’essoufflant fortement sur le long terme. Wait and see.

LES +

  • De nouveaux monstres convaincants
  • Le village de Kamura et le Gran-Camp visuellement réussis et bien construits
  • Les Chumskys
    Les quêtes Calamité
  • Le Filoptère et la chevauchée de Wyverne
  • Des zones inédites…
  • Le gameplay plus accessible…
  • Les voix japonaises
  • L’OST, tout simplement sublime

LES –

  • Une difficulté trompeuse pour les nouveaux venus
  • Trop facile pour les vétérans, notamment les quêtes village
  • Des nouveautés qui s’essoufflent rapidement
  • ….mais cruellement vides et ternes
  • … mais qui se saborde parfois lui-même
  • Pas de localisation audio et une histoire anecdotique
Leave un Commentaire

CATÉGORIE
Newsletter
Se connecter
Loading...
S'inscrire

New membership are not allowed.

Loading...