PREVIEW: Yakuza Like a Dragon

Yakuza est une saga d’actions beat em’all en monde ouvert (bac à sable) sortie au milieux des années 2000 avec des mécaniques de RPG en se qui concerne le level up des personnages (notamment les aptitudes/compétence/barre de vie etc) et dont la narration et l’écriture des personnages et vachement pousser avec une mise en scène dignes des grosses production de films japonais et qui se paye également le luxe d’avoir de vrai acteurs qui prêtent leurs voix et leurs traits pour la motion capture (notamment le grand Takeshi Kitano pour le dernier opus sorti en date dont je ne cache pas mon affection pour cet énorme artiste du 7ème art japonais) Je peux vous dire que des dialogues et des cinématiques, vous allez en bouffer des tonnes si vous vous y mettez !

La licence adopte également un système de jeu bac à sable découpé plusieurs zones avec les quêtes principales, les quêtes annexes, mais également des activités (golf, jeux en salle d’arcade, base-ball etc…….)

Yakuza Like a Dragon conservera ce même système avec de nouvelles activités comme le karting (très inspiré de Mario Kart, mais en beaucoup plus déjanté) Ou encore le fait d’aller s’inscrire dans une agence de travail équivalente à Pôle Emploi « Oui je suis sérieux Pôle Emploi vient nous emmerder dans ce jeu !»

2 ans après Yakuza 6 : The Song of Life sorti le 18 avril 2018 qui clôturai les aventures de Kazuma Kiryu au sein du clan Tojo (sans compter les 2 remakes Kiwami et le spin-off Judgement), Ryu Ga Gotaku Studio revient donc avec ce 7ème opus de la licence nippone mafieuse.

Étant fan de cette franchise de cette saga, à l’annonce de cet opus je me suis posé 2 questions :

  1. Comment le studio peut il réussir à continuer une saga avec une nouvelle histoire et un nouvel héros aussi bien écrit, après un personnage aussi charismatique et attachant que The Dragon of Dojima « Surnom de Kazuma Kiryu » 
  2. Qu’est-ce que l’es développeurs vont faire pour pouvoir donner un vent de fraîcheur à cette licence qui existe déjà depuis presque de 15 ans ? Et oui le premier opus est sorti sur PS2 le 8 décembre 2005. « Je me fais vieux moi ! »

Quelques temps plus tard, arrive 1 premier trailer présentant le nouveau personnage nommé Ichiban Kazuga, avec un design qui tranche radicalement avec celui de mon Kiryu adoré, avec un style coiffure afro et une attitude beaucoup plus légère et je dirais même totalement tarée (un point qui est expliqué par le scénario) (petite précision, comme déjà évoqué un peu plus haut, même si le thème de la licence Yakuza est la mafia centré sur l’honneur et l’obéissance chevaleresque, cette saga a toujours eu un grand coté décomplexé, drôle, loufoque et même What The Fuck) (des fois tu te demande vraiment si les développeurs ne carburent pas à la coke ?), nous découvrions également que ce 7ème épisode se déroulera à la fois toujours à Kamurocho, lieu bien connu de la saga (du moins pour les premiers chapitres), ainsi que dans un nouveau quartier au Sud de Tokyo (Yokohama), car jusqu’à présent, l’intrigue des jeux Yakuza se déroulait intégralement dans le premier quartier fictif précédemment cité ( qui est inspiré du vrai quartier très agité, Kabukichö qui lui se situe à l’Est de Tokyo et dont les activités des Yakuza continues encore aujourd’hui) « Je suis ravi et curieux de changer d’air sur ce point . »

Quelques temps après arrive un second trailer qui cette fois-ci nous montre du gameplay ET LA UN AUTRE CHANGEMENT RADICAL INTERVIENT ! En effet n’est plus un beat em all, mais devient un RPG au tour part tour à la sauce Persona, ON PEUT DIRE QUE LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT ! N’est ce pas François ?

On reste libre de nos mouvement dans la zone ouverte, mais dés qu’un combat se déclenche, la mécaniques de RPG au tour par tour entre en vigueur.

Au début je dois bien avouer que le fait de passer d’un système de beat em’ all classique à un système de RPG au tour par tour ne m’emballais pas vraiment, mais avec un peu plus de recul, je me suis dis que cela pourrai apporter la fraîcheur dont la saga à besoin en terme de gameplay, car le mode RPG au tour par tour appel à des stratégies de la part des joueurs/euses pour bien venir à bout des adversaires en sachant qu’on ne contrôlera pas seulement Ichiban lors de ces phases, mais également plusieurs alliés, ayant chacun des caractéristiques et aptitudes spécifiques différentes (attaques, défense, soins, soutiens etc…). De ce fait, il faudra apprendre à bien gérer les personnages, en utilisant les bonnes aptitudes au moment opportuns, ce qui tranche vraiment avec le système de combat classique et bien bourrin des opus précédents et à la fin des combat les joueurs/euse recevront bien entendu des points de compétences pour pouvoir augmenter les aptitudes des protagonistes.

En ce qui concerne le scénario, on sait qu’Ichiban est une toute nouvelle recrue de la famille Arakawa qui appartient au Clan Tojo. En 2001, sur ordre du patriarche de sa famille, Masami Arakawa, il a accepté de purger une peine de prison pour un crime qu’il n’a pas commis, afin de protéger le vrai meurtrier, un capitaine de sa famille. En agissant ainsi, Ichiban pensait qu’il serait accueilli comme un héros et qu’il serait reconnu comme un homme d’honneur. Mais la vérité est toute autre lorsqu’il sort de prison en 2019, soit 18 ans plus tard. En effet, il apprend que le Clan Tojo a été anéanti par Arakawa qui n’hésitera pas à lui tirer dans le ventre.

Blessé et en proie à des hallucinations, Ichiban se retrouve nu, loin de Kamurocho, dans un quartier de Yokohama et décide de prendre son destin en main pour découvrir ce qui se cache derrière cette trahison. Nul doute qu’il y aura pleins de rebondissements.

Certains considèrent que cet opus peut-être fais sans avoir joué aux précédents, je ne suis pas tout à fait d’accord, car même si il s’agit d’une toute nouvelles histoire, avec de nouveaux personnages, nous croiseront toutefois quelques personnages des anciens épisodes dont le mythique Kazuma Kiryu et le gros psychopathe Goro Majima (le personnage le plus taré de toute la saga) Donc pour moi, on ne peut pas faire Yakuza : Like a Dragon sans connaître un minimum les autres épisodes au niveau du background des personnages.

Comme notre héros sera en proie à des hallucinations du à sa blessure, le jeu ne manquera pas de références à la pop culture, comme par exemple Merlin l’enchanteur, Pokémon « Ouais sans déconner !» et j’en passe….. De ce fait, cela accentue encore plus le coté What The Fuck de la saga, ce qui n’est pas fait pour me déplaire.

J’espère que les musiques du jeu seront toutes aussi géniales que les épisodes précédents, car je vous assure, la B .O des Yakuzas, c’est du pure caviar.

Cet épisode est en VOSTFR (japonais sous-titrés français) depuis la sortie de Judgement en 2019, contrairement aux anciens (japonais sous-titrés anglais), c’est d’ailleurs un point qui ré-freinais beaucoup de joueurs/euses, donc c’est important de le signaler.

Dernier petit détail qui fait plaisir, on remarque qu’Ichiban Kasuga porte quasiment la même tenue vestimentaire que le héros précédent, Kazuma Kiryu, mais avec les couleurs inversées, Voyez par vous même ci-dessous.

En tout cas j’ai hâte et c’est un jeu day one pour moi !

Leave un Commentaire

CATÉGORIE
Newsletter
Se connecter
Loading...
S'inscrire

New membership are not allowed.

Loading...