TEST: Resident Evil 3 (2020)

Après l’énorme succès de Resident Evil 2 Remake, toute la communauté gaming savait déjà à l’avance que Capcom allait surfer sur cette réussite commerciale et nous proposer un remake de l’épisode parallèle qui le chevauche de quelques heures dans la chronologie dans les années suivantes, et cela n’a pas raté.
Resident Evil 3, selon les mots de son producteur est plus une “revisite” qu’un remake et à l’inverse de son prédécesseur, le déroulement de l’aventure s’en trouve presque complètement changé avec par exemple lorsque l’on joue Carlos, ses passages sont totalement différents de ce que l’on avait pu voir dans l’original et il en est de même pour Jill.

GRAPHISMES


Au niveau graphique, le jeu est une pure merveille, malgré une sortie un peu décevante au niveau performances, Capcom a sorti un patch deux semaines après la sortie initiale, il tourne désormais à 60fps, ce qui est bien plus agréable à l’oeil que les ~45fps instables auxquels on a eu droit pendant les premiers jours, je salue d’ailleurs la réactivité de Capcom à ce sujet. La résolution a légèrement été réduite mais je n’ai vu aucune différence à ce niveau, mais le gain en fluidité est bien réel. Une fois de plus, Capcom a grandement profité de son RE Engine et délivre des visuels d’une qualité incroyable, la lumière est une des plus belles réussites de ce titre et j’ai du mal à croire que tout ait été placé à la main par des artistes environnementaux et j’espère que le jeu aura droit à une mise à jour pour tirer parti des capacités des PlayStation 5 et Xbox Series X, en particulier le ray tracing qui risque de faire revenir les fans sur ce titre pour un nouveau cassage de rétine !

Le déroulement scénaristique est quant à lui bien meilleur que dans la version originale, plus logique et bien mieux ficelé. Malgré des scènes de poursuites avec le Nemesis qui rappellent les films de Mickael Bay, ça explose dans tous les sens et c’est très lourdement scripté, il n’y a pratiquement aucun élément de surprise lors de ces rencontres et il suffit de courir dans la bonne direction et d’effectuer des mouvements d’esquive pour ne pas se faire tabasser par ce géant… il est possible de lui tirer dessus, sachez que si vous réussissez à le faire tomber au sol, il lâchera une boîte contenant des pièces pour améliorer le pistolet et lorsque vous les avez enfin toutes récupérées, il fera tomber des munitions et des objets de soin.

Si vous êtes friand-e-s d’énigmes, attendez-vous à une grande déception : il n’y en a aucune ! Ces dernières ont toutes été remplacées par de simples interrupteurs à activer dans l’ordre… cet élément à lui seul réduit la durée de vie du jeu de façon considérable, on perd entre 30 minutes et 1 heure de temps de jeu, ce qui est d’autant plus dommage que les énigmes était un élément “signature” de la saga, qui est désormais et malheureusement plus orientée action que Survival/Horror.

Le jeu est plutôt court, pour un premier run, comptez entre 4 et 6h si vous explorez bien les environnements, la rejouabilité quant à elle est excellente ! Je vous déconseille fortement les modes Assisté et Normal, ils ne proposent aucun challenge et vous serez quasiment invincibles. Le mode Hardcore rend les ennemis bien plus difficiles à tuer, votre résistance est bien évidemment grandement réduite et vous trouverez moins de munitions. Une fois ce mode de difficulté terminé, vous aurez accès au mode Cauchemar dans lequel la difficulté sera encore plus élevée : les ennemis sont plus agressifs, leurs attaques font encore plus de dégâts et les objets clé se trouvent à des endroits différents.

Une fois de plus, lorsque vous aurez terminé ce mode, vous débloquerez le mode Enfer : les objets se trouvent au mêle endroit que dans le mode Cauchemar, les ennemis sont encore plus agressifs, on trouve moins de machines à écrire et de coffres à objets et la sauvegarde automatique est désactivée.

Mais comment est-il possible de terminer ces modes de difficulté ? Ne vous en faites pas, Capcom a pensé à ça et propose un système de challenges qui rapportent des points à utiliser dans une boutique in-game dans lequel on peut acheter des armes illimitées, des pièces qui une fois dans l’inventaire augmentent la puissance de vos armes ou régénèrent votre santé avec le temps, on trouve également deux objets clé et je suis persuadé qu’ils ont été mis dans la boutique pour satisfaire les speedrunners car ils font gagner un temps considérable aux joueurs.

Je ne garanti pas que ce jeu plaira à tout le monde, mais en tant que fan de la saga depuis ses débuts, j’ai été agréablement surpris par cette revisite, je regrette évidemment les passages manquants et Capcom a fait un lourd pari en prenant certaines décisions et vous ne pourrez malheureusement pas vous fier à la démo car elle n’a absolument rien à voir avec le déroulement du jeu.

Que vous soyez fan ou que vous découvrez cette saga, Resident Evil 3 reste un jeu intense et très engageant mais j’aurais préféré une sortie à 39,99€ au lieu de 59,99€, en tout cas c’est ce que je me suis dit avant de découvrir toute la rejouabilité qui se cache dans ce titre. Cependant, si l’addition est trop élevée pour vous, je vous conseille d’attendre une réduction qui arrivera inévitablement sur les différents stores des constructeurs et éditeurs.

SPEEDRUN :


En bonus, voici un speedrun que j’ai réalisé en 54 minutes et 7 secondes ! Cette vidéo contient évidemment des spoilers, mais j’ai coupé toutes les cinématiques afin d’avoir la vidéo la plus courte possible. Il y a des problèmes de son et j’en suis désolé.


OU ACHETER RESIDENT EVIL 3?

PCPS4XBOX ONE
Instant Gaming

Disponible en ligne

Eneba

Disponible en ligne

Amazon

Disponible en ligne

FNAC

Disponible en ligne et en magasin

Amazon

Disponible en ligne

FNAC

Disponible en ligne et en magasin

Review
    Leave un Commentaire

    CATÉGORIE
    Newsletter
    Se connecter
    Loading...
    S'inscrire

    New membership are not allowed.

    Loading...